Image de marque et culture santé

La santé au travail, un avantage salarié très recherché.

Les entreprises qui ont intégré le bien-être et la santé dans les services aux salariés créent un environnement sain permettant de mieux travailler. De plus en plus de compagnies adhèrent au mantra de Richard Branson, « prenez soin de vos employés pour qu’ils prennent soin de votre entreprise ». Mener quelques actions pendant la semaine de la qualité de vie au travail (QVT) ne suffit plus : il s’agit d’instaurer de véritables bénéfices santé/bien-être pour ses employés, ce qui rejaillit sur l’adhésion à la culture d’entreprise et à l’image de marque.

Les programmes de santé répondent à une demande des salariés.

Les enjeux de santé sont plus que jamais au cœur du débat public. Vos collaborateurs sont fortement demandeurs de programmes de bien-être impulsés par l’entreprise. Selon un rapport du groupe Malakoff Humanis de 2020*, 86% des salariés souhaiteraient que leur employeur intègre durablement la prévention santé dans sa stratégie. Pendant la crise du covid, 52% des salariés ont mis en place des bonnes habitudes en matière d’hygiène de vie ou de prévention santé, et 70% souhaitent les maintenir. Une majorité des collaborateurs en entreprise souhaitent des programmes pour améliorer leurs habitudes de sommeil, arrêter de fumer ou mieux s’alimenter.

Améliorer sa marque employeur.

Les programmes de santé de Dolipharm ont des effets unanimement positifs pour la gestion RH. Ils permettent d’améliorer l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, générant plus d’adhésion à la marque employeur. Les avantages salariés du domaine de la santé vous font retenir les meilleurs éléments et en attirent de nouveaux. Ils facilitent le recrutement et sont de plus en plus demandés par les jeunes diplômés. En vous responsabilisant pour la santé publique, vous participez à une démarche RSE fortement valorisée par vos actuels et futurs employés.

*Source : https://newsroom.malakoffhumanis.com/actualites/la-sante-au-travail-a-lepreuve-du-covid-fa22-63a59.html

>