Retour aux articles

#TravaillerEnsemble : lancer une startup en plein confinement, c’est possible !

8

min de lecture

Le

9 Juin 2021

par

Dolipharm Team

Lancé en 2020, Dolipharm a une expérience forcément particulière du « travailler ensemble », thème de la semaine de la QVT 2021. Si on devait retenir deux facteurs de réussite pour collaborer à distance, ce serait la flexibilité et l’adhésion à une mission commune. Mais on a retiré beaucoup d’autres enseignements de cette période charnière pour la santé en entreprise.

  

Une startup lancée en pleine crise sanitaire

En tant que jeune startup, Dolipharm a mené ses premiers recrutements en septembre 2020 – soit juste avant le deuxième confinement ! Ce dernier a impacté notre façon de travailler ensemble, mais aussi notre opérationnel. La recherche de nouveaux clients a été ralentie, le temps de se recentrer sur le développement du produit et sur la levée de fonds.

Dans le même temps, la crise sanitaire n’a pas été sans effets sur les débouchés. Comme le dit Mariana Caillaud, fondatrice de Dolipharm : « avec la crise de la covid, on a bien perçu que le sujet de la santé était de moins en moins tabou en entreprise. Le thème de la santé est devenu un enjeu collectif entre l’employeur et les salariés. Les entreprises sont plus réceptives à aborder la santé et le bien-être au travail. »

 

 

Une équipe plurielle, soudée en télétravail

 

Aujourd’hui, Dolipharm est opérationnel avec 2500 bénéficiaires depuis un lancement commercial sur la région rouennaise, tout en préparant le déploiement à Paris. La startup fait travailler un noyau de 5 personnes en fixe, avec des profils variés pour gérer les postes clés : communication, opérationnel, technologie de produit, UX.

Pour accompagner la croissance, il est prévu de recruter une vingtaine de personnes d’ici fin 2022. La capacité opérationnelle est déjà renforcée par des prestataires externes (notamment pour la livraison) et des freelances qui nous aident sur le CTO, l’UX, le contenu du site.

Du coup, le défi de travailler ensemble à distance, c’est un peu ce qui a structuré Dolipharm. Le télétravail a été un aspect à gérer dès la genèse de l’entreprise.

 

 

Les valeurs communes, un socle pour travailler ensemble

 

En télétravail, l’adhésion à la mission de l’entreprise est cruciale. C’est bien ce qui permet de travailler ensemble : comme le dit Simon Sinek, « si on veut que les clients aiment l’entreprise, il faut d’abord que ses employés l’aiment ».

Plus que de l’« amour », il s’agit surtout de s’identifier à la mission de Dolipharm, qui pourrait être résumée ainsi : diffuser la santé auprès des entreprises-clientes, pour permettre à leurs collaborateurs de se concentrer sur ce qui a réellement de la valeur.

Pour Mariana Caillaud, « l’adhésion à la mission et aux valeurs a été le socle pour travailler ensemble pendant le confinement. Tout comme le fait d’avoir une roadmap claire à court, moyen et long terme. »

Parmi les valeurs, la santé et le bien-être occupent une place de choix. Dolipharm est en train de solliciter la certification « B Corp » (ou B Corporation), qui récompense les entreprises répondant à des exigences sociétales et environnementales.

 

 

Management par les résultats, la clé en télétravail

 

Au niveau du management, la tendance est très favorable à la responsabilisation de chacun. Pour Mariana Caillaud, « la clé pour implémenter le télétravail, c’est d’opter pour une logique de management par les résultats plutôt que par la présence. Si on part de là, il devient très facile d’intégrer le télétravail ».

Cela dit, un fonctionnement à 100% en télétravail n’est pas idéal pour le côté humain. Les moments partagés sont trop importants en start-up, c’est pourquoi il est prévu de mixer le présentiel et le travail à distance – sans rien imposer pour autant.

 

 

Télétravail ou présentiel : laisser le choix aux collaborateurs pour mieux travailler ensemble

 

L’idée est véritablement de laisser le choix aux collaborateurs entre venir sur les bureaux ou travailler à distance. Pas question d’imposer un cadre trop rigide, surtout en start-up : l’essentiel est de prendre en compte les situations de chacun. Quel est la durée du trajet pour se rendre au bureau ? De quel espace dispose-t-on à la maison, a-t-on par exemple des enfants à garder ? Plutôt que d’imposer un modèle, le management responsabilisant consiste à laisser chacun(e) choisir ce qu’il pense meilleur pour lui/elle.

Selon Mariana Caillaud, « on est au stade où les entreprises peuvent se permettre le luxe de la flexibilité. Avec les bons outils pour travailler ensemble, on peut laisser les collaborateurs exprimer ce qu’ils pensent être le meilleur équilibre pour eux. »

 

 

Intégrer des partenaires externes

 

La flexibilité, c’est aussi le choix des partenaires. Pour l’opérationnel sur Paris, Dolipharm délègue la livraison à Olvo, une coopérative de cyclo-logistique qui nous permet d’acheminer les médicaments en zéro émission.

La startup fait aussi intervenir régulièrement des freelances pour accompagner la croissance de l’entreprise. Pour une jeune entreprise, l’apport des talents indépendants est fondamental et fait partie du travailler ensemble. Surtout que la motivation est bien là : être freelance, c’est un choix positif pour beaucoup de talents. Cela permet de choisir les missions pour lesquelles ils s’engagent et auxquelles ils s’identifient.

 

 

Quels outils pour travailler ensemble ?

 

Les outils numériques sont essentiels au télétravail ! On a la chance de disposer d’outils mûrs, conçus pour la majorité par des startups et adaptés à notre culture. À Dolipharm, on utilise par exemple Hubspot pour le CRM, le marketing et la vente ; Slack pour travailler et communiquer en interne et avec les freelances ; Jira pour la gestion de projets. Enfin, on utilise Google Drive, qui se retrouve connecté à plusieurs de nos process car très facile à intégrer.

Grande tendance du confinement, la visioconférence est capitale pour notre activité et notre manière de fonctionner. C’est commun à toutes les entreprises qui travaillent ensemble à distance ! A Dolipharm, on n’est pas sectaires : on peut passer d’une solution de visio à une autre, entre Teams, Meet ou Zoom. Ça dépend en fait de l’outil qu’utilisent nos clients, qui sont pour la plupart de grandes entreprises.

 

 

Déconnexion, équilibre et QVT

 

Enfin, on ne rappellera jamais assez l’importance de se déconnecter des outils : c’est essentiel pour l’équilibre vie privée/vie pro et pour la QVT. Par défaut, les notifications sont désactivées après une certaine heure. C’est l’importance de pouvoir protéger la vie personnelle de chacun – ce qui s’applique aussi à nos clients.

Comme le dit Mariana, « on est humain : même si on le veut, on ne peut pas toujours compartimenter le travail et la vie privée. Les soucis privés ne s’évanouissent pas quand on passe la porte du travail. C’est pourquoi il est essentiel de diffuser la santé en entreprise, c’est ce qui nous motive à divulguer notre solution ! »

 

 

Pour améliorer la QVT, un programme santé au travail est souvent plébiscité par les collaborateurs. Dolipharm aide les grandes entreprises à diffuser du bien-être au travail et à souder les équipes autour d’une culture d’entreprise healthy. Pour en savoir plus sur l’appli Dolipharm, vous pouvez nous contacter ici !


Autres articles

>