Retour aux articles

Santé mentale au travail

10

min de lecture

Le

09 septembre 2021

par

Dolipharm Team

La santé mentale est toujours un grand tabou dans le monde du travail. Pourtant, c’est le pivot des nouvelles attentes des employés, entre épanouissement, bien-être et quête de sens. Burn-out, stress et autres risques psychosociaux : voici un état des lieux de la santé mentale en entreprise, ainsi que 8 pistes d’action pour les employeurs qui souhaitent faire bouger les lignes.

 

 

Définition de la santé mentale au travail 

 

De quoi parle-t-on exactement ? L’avis de l’OMS

 

Lorsqu’on parle de santé mentale au travail, il est très difficile d’en donner une définition. En plus d’être extrêmement vaste, son champ d’application évolue fortement d’une génération à l’autre. Aujourd’hui, la santé mentale en milieu professionnel, ce n’est plus seulement l’absence de troubles mentaux, mais plutôt un état de bien-être qui permet de réaliser son potentiel.

 

C’est en tout cas la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Celle-ci qualifie la santé mentale comme un « état de bien-être qui permet de se réaliser, de surmonter les tensions de la vie, d’accomplir un travail productif et de contribuer à la vie de sa communauté ».

 

 

Santé mentale au travail : les risques psycho-sociaux

 

Les problèmes de santé mentale peuvent être définis, en négatif, par une absence de cet état de bien-être mental. Ils ont des degrés et manifestations multiples, impossibles à décrire de façon exhaustive. Il y a cependant des tentatives de cadrage, avec par exemple le concept des risques psychosociaux (ou RPS). 

 

Les RPS représentent tous les risques pour la santé mentale engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels de l’entreprise. Ils sont liés au concept de pénibilité. Les principaux exemples concrets sont par exemple le stress et la violence interne (entre employés) ou externe (de la part du public).

 

 

Des symptômes très variés

 

Les risques psychosociaux sont un concept éminemment vaste. Ils peuvent provoquer des problèmes physiques comme les maladies cardiovasculaires et les troubles musculo-squelettiques (TMS). Mais ils sont surtout à la racine de la plupart des troubles mentaux au travail : irritabilité, anxiété, troubles du sommeil, dépression, burn-out…

 

Pour ne détailler que ce dernier, les symptômes du burn-out peuvent être très variés, en nature comme en degré :

 

·  respiration difficile

·  mal de dos

·  problèmes pour s’endormir

·  maux de tête et/ou de ventre

·  tension et stress dans tout le corps

·  pertes de concentration

·  irritabilité

·  etc…

 

 

Les causes des problèmes de santé mentale au travail

 

Des conditions de travail éprouvantes sont l’une des principales causes des troubles de santé mentale.

 

Dans le détail, il existe tout un ensemble de dysfonctionnements dans l’entreprise qui peuvent causer des impacts sur la santé mentale :

 

·  Discrimination à l’égard des femmes

·  Harcèlement

·  Horaires à rallonge

·  Trop grande charge de travail

·  Manque de reconnaissance (financière ou symbolique)

·  Perte de sens

·  Etc…

 

La liste n’est pas exhaustive, et en constante évolution. En effet, le sujet est par nature difficile à cadrer : les pathologies peuvent prendre leur source dans et au dehors de la sphère professionnelle.

 

 

Santé mentale au travail en 2021 : le coût élevé du covid

 

La santé mentale en statistiques

 

Le burn-out est probablement la manifestation la plus commentée des problèmes de santé mentale en entreprise. C’est aussi la plus répandue et la plus visible : elle concernait en 2016 près de 500.000 personnes par an selon une mission parlementaire sur les risques psychosociaux.

 

Pas moins de 18% des salariés affirment avoir vécu un épisode de burn-out. En moyenne, les managers sont deux fois plus concernés par cette forme d’épuisement professionnel extrême.

 

Malheureusement, le covid a accentué la tendance : le nombre d’actifs concernés aurait doublé de 2019 à 2021. Selon un sondage d’Opinionway de mai 2021, 44% des salariés seraient en détresse psychologique.

 

S’ils ne débouchent pas toujours sur un burn-out, le stress et l’anxiété sont encore plus généralisés. 52% des salariés se déclarent anxieux au travail. 29% témoignent d’un « niveau dépressif élevé », et 6% sont en dépression (étude du cabinet Stimulus de 2017).

 

Toutes ces pathologies débouchent de plus en plus sur des arrêts de travail. Sur la totalité des arrêts maladie, 15% sont causés par des troubles de la santé mentale. Sur l’ensemble des salariés, le taux d’arrêtés pour problèmes psychologiques est passé de 9% début 2020 à 14% pendant le confinement, et 18% lors du déconfinement.

 

 

Des statistiques sous-estimées ?

 

Le pire, c’est que les statistiques sont largement sous-estimées. Même en dehors du monde du travail, il existe un phénomène de sous-déclaration des troubles de santé mentale. Par exemple, au Canada, il est estimé que seules 50% des personnes atteintes de troubles mentaux consultent des professionnels (étude de l’Institut de la Statistique du Québec, 2010).

 

C’est que les troubles mentaux sont toujours victimes de stigmatisation : on a peur de passer pour le maillon faible dans un contexte qui tend vers la performance.

 

De plus, alors que les problèmes physiques sont souvent impossibles à cacher, il est plus aisé de dissimuler les troubles mentaux, en espérant que « ça passe tout seul »… Sans compter qu’il n’y a pas toujours d’espace de dialogue en entreprise, ni de reconnaissance en tant que maladie professionnelle.

 

 

Vers plus de reconnaissance des troubles mentaux au travail

 

Il y a cependant des raisons d’espérer : le monde du travail a de plus en plus conscience de ces troubles. Les actions de prévention se multiplient, et le bien-être mental est intégré aux problématiques de la QVT. Depuis 2015, le burn-out est reconnu comme maladie professionnelle en France.

 

En parallèle, les employeurs sont de plus nombreux à agir au-delà de leurs obligations légales. Ils ne sont pas seulement motivés par l’intérêt général et la santé publique : ils sont également conscients que les notions de santé et de bien-être mental ont des bénéfices très directs pour l’employeur.

 

 

Santé mentale, des bénéfices aussi pour l’employeur

 

Un climat propice au bien-être mental est à même de booster la productivité. On savait déjà que les salariés heureux étaient plus productifs. 90% des dirigeants et salariés pensent que la santé contribue significativement aux performances de l’entreprise (étude de Malakoff Médéric de 2017).

 

Le coût des problèmes de santé mentale est par nature difficile à estimer. Mais on sait que la dépression provoque une forte dose de présentéisme, qui consiste à être présent au travail avec une faible productivité.

 

Et le bien-être mental n’est pas que positif pour les performances des employeurs. C’est évidemment un pilier pour la santé, la qualité de vie et l’épanouissement personnel des employés. Le phénomène est d’ailleurs au cœur des nouvelles attentes des salariés, tous concernés de près ou de loin par les mesures prises en ce sens. En 2017, 7 salariés sur 10 déclaraient avoir un poste nerveusement fatigant. Et 33% des employés sont favorables à une aide psychologique en cas de besoin (baromètre santé au travail de Malakoff Médéric, 2017).

 

 

Santé mentale, quelques pistes pour l’améliorer

 

Vu les enjeux, l’entreprise est au cœur des plans d’action pour promouvoir la santé mentale en général. Dans un monde idéal, le travail est un facteur bénéfique pour l’équilibre mental des employés. Les conseils à destination des entreprises pour y tendre sont forcément extrêmement divers : voici 8 pistes pour diffuser la santé mentale au travail.

 

 

Créer une ambiance de dialogue et de bienveillance

 

Il s’agit tout simplement de générer un climat favorable au dialogue et à l’écoute mutuelle. La prise en compte de la parole et le sentiment de reconnaissance sont des facteurs de santé mentale au travail. Ce conseil simple peut avoir de grands effets, y compris pour débusquer les surcharges de travail et les burn-outs qui sommeillent.

 

 

Faire remonter les aspirations de ses employés

 

Les employeurs qui se mobilisent pour la santé mentale soulignent l’importance des espaces pour faire remonter les aspirations et les insatisfactions, y compris de forme anonyme. Certaines entreprises globales ont intégré la santé mentale à leurs questionnaires. C’est le cas de HSBC, qui mène régulièrement des enquêtes auprès de ses managers et de ses salariés. De même, la multinationale BP a inclus des questions sur le bien-être mental dans ses questionnaires aux employés (voir ici les témoignages). Comprendre ce qui les tracasse permet de prendre des mesures d’amélioration qui vont dans le sens de la santé mentale au travail.

 

 

Instaurer plus de flexibilité organisationnelle (et de télétravail)

 

La flexibilité dans l’organisation du travail a de nombreux effets positifs. Elle entraîne plus de résilience dans les temps de crise actuels. Elle permet à chacun(e), à travers la possibilité du télétravail, de gérer son équilibre vie privée/vie professionnelle comme il ou elle le souhaite. Elle peut aussi induire plus de responsabilisation positive et éviter le stress des horaires à rallonge. Le management à la tâche est utile pour motiver et contrer le phénomène du présentéisme.

 

 

Améliorer l’environnement de travail

 

Les employeurs doivent agir en faveur de bonnes conditions de travail, que ce soit au niveau organisationnel ou matériel. L’ergonomie des espaces de travail est une piste d’action, avec des postes sécurisés, agréables et ventilés, de meilleurs fauteuils, etc… Quant à l’organisation, elle doit fonctionner correctement en donnant à chacun les possibilités de réaliser les tâches qui lui sont confiées.

 

 

Déployer un programme de formation

 

Les programmes de formation internes ou externes sont cruciaux pour la santé mentale : ils permettent d’éviter la stagnation professionnelle subie, source de troubles mentaux. Instaurer des sessions de formation à la carte pour les managers et les salariés en général est une importante source de motivation.

 

 

Proposer un programme de prise en charge professionnelle des troubles mentaux  

 

Pour les employeurs proactifs, une offre bien-être et santé peut inclure des professionnels de la santé mentale. Du psychologue d’entreprise aux prestataires externes, en passant par des consultations sur site comme le proposera prochainement Dolipharm, les entreprises peuvent aider les salariés qui ressentent le besoin de consulter. Avant que les troubles mentaux empirent, ces prises en charge professionnelles sont une des clés pour promouvoir la santé au travail.

 

 

Intégrer les personnes qui ont déjà eu un trouble mental

 

Lorsqu’ils s’aggravent, les problèmes de santé mentale supposent souvent des allers-retours entre arrêts de travail et périodes d’activité. Le problème, c’est que la guérison est freinée si on retombe exactement dans les mêmes travers dès le retour en poste. Pour sortir du cercle vicieux, l’employeur peut accompagner le retour en poste avec une aide médicale professionnelle et des mesures adaptées et concrètes pour le bien-être.

 

 

Répondre à la quête de sens des employés

 

Les curseurs ont bougé sous l’effet de la crise. La quête de sens remonte plus que jamais dans l’échelle des priorités. Or, elle est très liée à la santé mentale. Remettre du sens dans le travail, dans les postes et dans les missions est souvent crucial pour l’épanouissement et le bien-être.

 

 

Vers une vraie prise en charge de la santé au travail

 

L’avenir appartient plus que jamais à l’entreprise bienveillante. L’affirmation du bien-être au travail comme valeur cardinale est déjà engagée. Elle passera par une prise en charge approfondie du bien-être et de la santé mentale par les employeurs.

 

C’est avec cette conviction que Dolipharm aide les entreprises à déployer plusieurs mesures en direction du bien-être mental et physique, avec des check-up santé réguliers et des consultations de médecins spécialistes sur le lieu de travail, adaptés aux besoins.

 

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez avec Dolipharm un programme santé complet pour diffuser une culture santé dans votre entreprise. Cliquez sur cette page et demandez votre démo dès aujourd’hui !


Autres articles

>